mercredi 27 octobre 2010

QUE PENSER DE...



 Que Penser De Notre Rencontre Avec Notre Nouveau DG ?


Nous avons fait un état des lieux du climat social et du faible moral des troupes, suite à l’absence du dialogue qui règne depuis le PSE. Pour que notre DG comprenne notre état d’esprit actuel, notre frustration et nos attentes.


 Puis, nous lui avons rappelé :
- l’augmentation générale annuelle inférieure au coût de la vie.
- l’absence d’intéressement en 2009 et 2010.
- le manque de perspective d’évolution pour les femmes et pour les non cadres.
- la façon dont s’est passé l’attribution du mérite, qui plus est, basée sur 2009 (année avec peu d’activité).
- les salariés notés bons R3B ont été aussi mal récompensé que ceux notés insuffisants ou inacceptables.          
- le problème des coefficients différents d’un bâtiment à l’autre.
- les job posting plus ou moins déjà attribués.
- la mauvaise image attribuée aux fumeurs, car on ne doit pas juger les compétences sur ces détails.
- qu’il vaut mieux ne pas donner son avis pour espérer évoluer.
- que certains superviseurs pensent peut-être plus à leur carrière qu’à vos problèmes.
- que beaucoup de gens ont peur de se syndiquer, de peur d’être mal vu et de compromettre leur évolution.
- les nombreuses inégalités et injustices sociales.

Nous lui avons précisé que la reconnaissance et le respect ne coûtaient rien, et que la considération et les remerciements étaient beaucoup trop rares.
Nous l’avons encouragé à se rendre dans l’atelier et à discuter avec tous les salariés, pour qu’il se rende compte par lui-même du malaise social, pour qu’il se fasse sa propre opinion et ne s’arrête pas à ce qu’on lui rapporte, pour qu’il soit plus proche de vous et vos problèmes.
Et nous en avons profité pour lui demander :

Plus de considération
Plus de reconnaissance et de respect
Plus d’humanité et de justice sociale
Plus de perspectives d’évolution pour tous
De rétribuer enfin la polyvalence et les compétences
De rémunérer à sa juste valeur le goût de l’effort et du travail bien fait
De récompenser la conscience professionnelle et l’investissement personnel
De redonner une âme et une fierté à cette entreprise
De retrouver un climat de confiance

Nous avons reconnu que des erreurs ont été faites des 2 côtés par le passé, et qu’il fallait désormais se tourner vers l’avenir. Souhaitons que cette rencontre soit l’occasion d’une vraie prise de conscience de vos problèmes et de vos attentes, et que cela se traduise dès les prochaines NAO par des actions concrètes et constructives.
Cette reprise du dialogue social doit nous permettre de retrouver la sérénité, l’unité et la compétitivité qui nous font tant défaut. Alors espérons que la Direction montre une réelle volonté de négocier et d’améliorer enfin les relations humaines, au sein d’une entreprise Leader mondial, qui se doit de montrer l’exemple.
  


POUR RECEVOIR LES NOMBREUX EFFORTS DEMANDES
         IL FAUT SAVOIR DONNER AUX SALARIES




Que penser de la présentation du All Employee Meeting?  

Tout d’abord, on ne peut que se féliciter de ce genre d’initiative, trop rare à notre goût, qui permet d’obtenir des informations générales sur la santé du groupe et de pouvoir communiquer en direct avec notre PDG. Néanmoins, nous n’avons rien appris
de spécial. La concurrence se rapproche et augmente ses parts de marché, mais ce n’est pas étonnant quand on voit tous les problèmes qualité, les retards des fournisseurs et la démotivation générale qui règne. Nous sommes bien sûr tous conscients que l’avenir de Caterpillar passe par une forte implantation sur le marché chinois.
CAT inc. fait moins de bénéfices, pourtant l’action n’a jamais été aussi haute. Caterpillar France perd de l’argent, mais quand on voit le gaspillage :
-          appel à de nombreux consultants extérieurs pour combler les lacunes internes.
-          indemnités versées en pagaille suite aux nombreux procès perdus dernièrement.
-          voitures de fonction haut de gamme renouvelées, malgré la période de restriction budgétaire.
-          transferts incessants et coûteux de produits entre les 2 bâtiments.
-          achat de peinture pour embellir l’usine avant chaque visite importante, afin de cacher la misère.
Pour tous les employés actionnaires, c’est surtout une perte de pouvoir d’achat.


Que penser des nombreuses démissions récentes ?

C’est bien la preuve du mal-être et de la démotivation des salariés.
On ne peut pas manager en disant : »Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à partir » 
et demander l’engagement du personnel.
On ne peut pas vouloir l’investissement du personnel et ne pas le récompenser.
On ne peut pas prôner l’esprit d’équipe, tout en ignorant la mauvaise ambiance qui règne.
Le plus inquiétant pour nous, ce sont les nombreuses démissions récentes de cadres. Car
aujourd’hui, toutes les catégories sont touchées par le manque de reconnaissance et l’absence d’écoute de leurs problèmes. A cause de cette politique sociale inexistante, la Direction se sépare sans état d’âme de salariés insatisfaits et mécontents, alors que pour nous, c’est surtout une fuite de compétences et une perte de savoir-faire. Et parmi les salariés qui ne cherchent pas du travail ailleurs, certains (pour ne pas dire beaucoup) attendent désespérément le prochain plan social, histoire de partir avec un petit pécule, la tête haute. Quel triste espoir…


Que penser du dernier sondage sur l’esprit d’équipe?

Et une enquête de plus pour soulever encore et toujours les mêmes problèmes récurrents, restés sans actions concrètes.
Encore un sondage qui devrait révéler le mal-être et l’insatisfaction du personnel.
Mais on connaît déjà la suite : la participation « bénévole » du salarié à divers projets ou groupes de travail, en plus de son travail au quotidien déjà bien fourni et bien chargé.
On ne vous écoute plus, mais on vous demande de vous exprimer.
On ne tient pas compte de votre avis, mais il faut sans cesse remplir des surveys.
On ne récompense pas vos efforts, mais on vous en demande toujours plus.



AVANT DE REGAGNER LA CONFIANCE DE NOS CLIENTS ET DE NOS FOURNISSEURS,
IL FAUT D’ABORD GAGNER LA CONFIANCE DES SALARIES       

POUR RÉALISER ENSEMBLE LE PROGRÈS SOCIAL DANS NOTRE ENTREPRISE

LE 18 NOVEMBRE 2010,VOTEZ MASSIVEMENT CFTC
cftccat.blogspot.com : l’actualité sociale en temps réel, débats, sondages, questions-réponses…             

vendredi 8 octobre 2010

mutuelle santé, la suite!

 Le 6 septembre 2010.
Tract Spécial Mutuelle Santé !

     La CFTC Caterpillar se bat pour qu’il y ai une bonne mutuelle santé d’entreprise et mettre fin à     l’injustice de la privation de celle-ci pour les ouvriers.

La CFTC a demandé en NAO de mars 2010 l’extension de la mutuelle santé à l’ensemble du personnel. La direction a botté en touche en répondant qu’elle propose de faire par « une consultation préalable du personnel, compte tenu du fait que beaucoup de salariés doivent abandonner leur propre mutuelle. A ce titre il n’est pas certain que cette proposition fasse l’unanimité, en tous cas aujourd’hui dans les circonstances actuelles il nous a paru plus judicieux de proposer des augmentations de salaire. »
Cette réponse extraite du PV de désaccord des NAO montre d’une part un traitement discriminatoire entre non-cadres et cadres et d’autre part d’une méconnaissance des avantages d’une mutuelle d’entreprise par rapport à une mutuelle privée :
 
ð      Négocier pour l’ensemble d’une entreprise permet d’obtenir de meilleurs tarifs et une meilleure couverture santé.
ð      La cotisation est prélevée sur le brut salarial et non le net soumis à impôt
ð      L’abondement de l’entreprise n’est pas soumis aux charges.
ð      La cotisation est modulée suivant vos revenus par une cotisation sur la tranche A (salaire jusqu’à 2885 euros brut par mois) et d’un autre pourcentage sur la tranche B (au-delà de 2885 euros).

Et aussi les avantages d’une mutuelle face aux remboursements de plus en plus faibles de la sécu.

La CFTC Caterpillar Continue de Demander une Mutuelle pour Tous :

Suite à cette réponse inacceptable de la direction, la CFTC Caterpillar a écrit à la direction puis porté une dizaine de dossiers Prud’homaux pour souligner le caractère discriminatoire de cet accord. La direction a ensuite proposé le dialogue et la négociation par un courrier en juillet. L’audience de conciliation du 24/09/2010 a ouvert la porte d’une négociation qui doit aboutir avant mars 2011. Tout ceci est assez lent, mais le sujet mérite une attention particulière sur la mutuelle avec des discutions sur la cotisation employé et employeur et l’étendue de la couverture. Nous maintenons la pression juridique et nous vous tenons informé en temps réel sur notre blog : http://CFTCCat.blogspot.com  ou en contactant vos délégués syndicaux, David Chérubin (06-08-77-84-11), Stéphane Bioud (06-63-20-43-22) et Philippe di Bartolomeo (06-89-56-74-27).

 Rejoignez-nous pour relever les défis qui se posent aux salariés :
Défense, transparence, revendications efficaces, meilleure information et meilleurs services ! http://cftccat.blogspot.com